Marie Bachelier

Témoignage de Marie, enseignante titulaire dans une petite école rurale publique à Caudrot en Gironde. Elle enseigne depuis 3 ans en CE2-CM1-CM2.

La classe de Marie Bachelier , un environnement 9-12 ans .

Est-ce que tu suis les élèves sur plusieurs années ?

Cette année marque ma troisième année avec le même groupe d’élèves. J’accompagne donc mes premiers CE2 à leur passage en sixième et ce sera sûrement un moment fort pour moi. Dans les petites écoles, il arrive très souvent que l’on suive nos élèves d’une année sur l’autre et c’est un véritable atout pour les débuts d’année car les nouveaux venus suivent les anciens dans la vie de classe. Malheureusement, si les effectifs ne le permettent pas, je ne pourrais pas poursuivre dans ce sens.

Le fait d’être dans une école rurale permet souvent de suivre les élèves.

Ta formation ?

J’ai commencé ma formation en 2015 avec 2 weekends d’information organisés par l’ISMM à Bordeaux présentant les particularités de la pédagogie Montessori en « 3-6 ans » et en « 6-12 ans ». J’ai commencé à développer un certain intérêt pour les pratiques montessoriennes chez les plus grands et en particulier sur les principes de « l’éducation cosmique » (vision de Maria Montessori pour le projet 6-12 ans).

Les personnes rencontrées dans l’association m’ont permis de développer mes connaissances jusqu’à créer chez moi une véritable frustration car les formations 6-12 ans étaient totalement hors de mes moyens.

En 2019, j’ai entamé, en partie grâce à une bourse de Public Montessori, la formation proposée par Marie-Hélène Barbier (Ressources Montessori) en pédagogie Montessori pour les 6-12 ans qui s’est déroulée sur 4 semaines durant les vacances scolaires. L’approche de Marie-Hélène est à la fois théorique et pratique. Elle apporte beaucoup de soin aux outils mis à disposition des stagiaires et ma classe a subi grâce à elle de belles transformations.

Cette année, j’ai pu profiter de la formation organisée par le GD du 64 de Stéphanie Le Prêtre sur le geste d’écriture, je reste cependant sur ma faim car la partie élémentaire n’a pas été assez développée à mon sens.

L’aire de langage de la classe de Marie

Comment se former côté savoir-être ?

Ma première source pour évoluer dans mon métier d’enseignante est le réseau humain que me propose l’association. Les rencontres, les échanges de pratique, l’écoute des autres (maternelle ou élémentaire) m’apportent énormément dans mon rôle en classe.

Je ne peux bien sûr pas ignorer la littérature montessorienne, mais le temps n’est pas toujours propice à des lectures approfondies et à une réflexion en solitaire. Ma classe élémentaire n’est pas à 100% montessorienne, d’autres outils y trouvent leur place, mais progressivement, même si j’utilise des outils plus conventionnels ma pratique s’est vue transformer par la façon dont j’adapte les apprentissages pour qu’ils entrent plus dans une approche cosmique.

Je me tourne également régulièrement vers la pédagogie Freinet qui est un très bon complément en élémentaire à la pédagogie Montessori

As-tu tout le matériel et comment te l’es-tu procuré ?

Ma classe est équipée à la hauteur de mes espérances actuelles. J’ai acheté la grande majorité du matériel (français et mathématiques). J’ai eu la chance de recevoir une dotation de l’Association de Parents d’Elèves de l’école il y 1 an qui m’a permis d’investir dans du matériel de géométrie. Ma classe peut désormais accueillir tous les niveaux de l’élémentaire.

L’aire de calcul de la classe de Marie.

Je dois maintenant continuer à développer les aires culturelles pour que cela soit vraiment complet. Je profite du budget de Noël de la Mairie de Caudrot pour compléter progressivement la classe en matériel de géographie ou de sciences.

Je tiens d’ailleurs à remercier toute la communauté éducative de l’école (collègues, mairie et parents) de m’accompagner dans ce projet.

Tes résultats ou observations concernant la réduction des inégalités sociales, l’intégration de publics spécifiques…

La pédagogie Montessori et la flexibilité qu’elle propose permet à tous de pouvoir y développer ses compétences. Au cours de ces 3 ans, j’ai pu permettre à la majorité de mes élèves de développer leur autonomie et une certaine motivation intrinsèque. Je ne sais pas si c’est spécifique à la pédagogie en elle-même ou à la souplesse que m’a permis ces 3 années, mais ils ont réussi à avancer à leurs rythmes spécifiques et à développer leurs apprentissages personnels.

Ce que j’observe dans ma classe est que quelque soit son milieu d’origine ou difficultés cognitives, chaque enfant trouve une place qui le valorise et une liberté qui l’aide à se construire, le tout au sein du cadre que je leur propose.

Pour chaque enfant, une place qui le valorise et une liberté qui l’aide à se construire, le tout au sein du cadre que je leur propose.

Public Montessori ?

J’ai découvert l’association en 2015, alors que je préparais le CRPE. J’y ai trouvé tout de suite un lieu d’échanges qui correspondait aux valeurs que je souhaitais développer dans ma future classe. Avec les années et les rencontres j’ai pu trouver, autour du groupe 6-12 ans de Gironde, des collègues et surtout des ami.e.s qui me permettent de prendre du recul pour pouvoir mieux avancer.

Depuis 3 ans, j’ai rejoint avec Elodie Tastet, Stéphanie Marchand qui coordonne le pôle 6-12 de l’association. Nous aimerions réunir plus d’enseignants d’élémentaire afin d’enrichir nos échanges et permettre d’ouvrir plus cette pédagogie à des classes d’élémentaire.